Palefrenier

Le palefrenier travaille au contact direct des chevaux que ceux-ci soient au pré ou à l’écurie. Il passe une bonne partie de son temps à leurs soins quotidiens et à entretenir les box, les aires de travail des chevaux et leurs installations, mais peut aussi être amené à sortir les chevaux, les "détendre" ou effectuer un débourrage de jeunes chevaux.
Ses fonctions varient selon qu’il travaille dans un élevage, un centre équestre ou une écurie de course.

Autres dénominations : Palefrenier-soigneur

Témoignages

Comment vous-êtes vous dirigée vers la filière équine ?
Depuis l’âge de 10 ans, je suis passionnée de cheval et d’équitation. J’ai passé un Bac Pro CGEA (Conduite et gestion de l’exploitation agricole), option Equin, au CFA d’Yvetot (Seine-Maritime). Puis, pendant une dizaine d’années, j’ai été palfrenière dans plusieurs haras de pur-sang, de galopeurs et de trotteurs. J’exerce toujours ce métier, mais à mon compte avec des chevaux en pension. 

En quoi consiste précisément le métier de palfrenier ?
Il faut d’abord prendre soin du cheval, qu’il soit en bonne santé, l’alimenter, nettoyer et désinfecter son box. Il faut également s’occuper de la reproduction, du poulinage et éduquer les jeunes chevaux. C’est un métier à responsabilité, car les chevaux qui sont confiés peuvent valoir plusieurs milliers d’euros.

Que conseilleriez-vous à un jeune qui veut exercer ce métier ?
Etre passionné par les chevaux est une première condition. L’apprentissage et les stages sont un bon moyen pour découvrir le métier. Les tâches confiées au palfrenier varient en fonction du type de haras : galopeur, trotteur ou saut d’obstacle. Enfin, il ne faut pas craindre de travailler dehors et ne pas compter son temps.

Céline HONNEUX
Palefrenière dans l’Eure

Activités

Le palefrenier travaille au contact direct des chevaux que ceux-ci soient au pré ou à l’écurie. Il passe une bonne partie de son temps à leurs soins quotidiens et à entretenir les box, les aires de travail des chevaux et leurs installations.

  • Il entretient les litières.
  • Il cacule la nourriture en fonction de son entrainement.
  • Il prodigue les soins aux chevaux (curer les sabots, étriller, brosser son poil...].
  • Il vérifie l’état de santé de l’animal en fonction de son comportement (blessure, nervosité, refus de s’alimenter…).
  • Il effectue également différents travaux d’entretien du parc (clôtures, tracteur…) et du matériel (selles ou harnais).

Ses fonctions varient selon qu’il travaille dans un élevage, un centre équestre ou une écurie de course.

  • Il peut être amené à sortir les chevaux des paddocks.
  • Il doit être capable de « détendre » le cheval, de faire un « trotting », de travailler un cheval à pied (sans le monter).
  • Il peut effectuer un débourrage de jeunes chevaux (leur donner un premier dressage).
  • Il peut également présenter un cheval pour une vente ou un concours d’élevage.

Conditions d'exercice

Le palefrenier travaille dans des haras ou des exploitations d’élevage de chevaux, des centres équestres ou des centres d’entrainement de chevaux de course. Sa journée est dictée par les chevaux. Il peut être amené à commencer tôt le matin ou finir tard le soir selon les soins à apporter aux chevaux qui lui sont confiés. Comme il passe tout son temps avec les chevaux, il a toute la confiance des éleveurs. Il peut ainsi leur faire part de toutes ses observations concernant l’état de santé et l’évolution du cheval.

Compétences et qualités 

Le palefrenier doit être passionné par le monde équin et posséder des bases d’équitation. Il doit être observateur pour pouvoir décrypter tout changement dans son comportement. Il possède de bonnes connaissances sur son anatomie équine pour pouvoir déceler tout problème et lui donner les premiers soins. Il doit avoir une bonne condition physique pour pouvoir réaliser tous les travaux d’entretien et soulever les sacs de fourrage, nourriture ou la paille souillée… Il doit également avoir quelques notions de mécaniques (pour pouvoir effectuer quelques travaux de réparation sur les tracteurs par exemple), de maréchalerie (pour remettre un clou ou déferrer un cheval) et d’entretien des bâtiments (électricité, maçonnerie…). Enfin, le permis poids lourd est fortement recommandé pour pouvoir accompagner les chevaux sur les terrains de compétition par exemple. 

Perspectives d'évolution 

Si le candidat dispose d’un diplôme (agricole par exemple) ou d’une compétence équestre et d’une bonne expérience des chevaux, il peut évoluer vers des postes de cavalier soigneur, groom, responsable d’écurie et, dans les courses, garçon de voyage ou premier garçon.
 

.

Contact

Equiressources
www.equiressources.fr

En savoir plus

Fiche ROME n°A1403 du Pôle emploi www.pole-emploi.fr

Partager sur

Partager par mail

Imprimer