Troupeaux

Zoom

L’élevage d'animaux de troupeaux recouvre différents secteurs (bovin, caprin, ovin, porcin) et fournit des produits alimentaires (lait, viande) et des matières premières (laine, cuir...). . Moins de 40 % de la surface agricole utile (SAU) est valorisée par les herbivores (source : Agreste - enquête structure 2007).

Les bovins

  • L’élevage des bovins viande se caractérise par un accroissement des surfaces de plus 6 % depuis 2000 et une légère diminution des cheptels en viande et lait entre 2000 et 2007 (source : Agreste - enquête structure 2007).
  • La Bretagne, l’Auvergne, la Bourgogne et le Limousin sont les principales régions de production de bovins viande. La Bretagne, les Pays de la Loire et la Basse Normandie sont les principales régions d’élevage laitier.

Les ovins et les caprins

  • La région Midi-Pyrénées est celle qui dénombre le plus de brebis avec plus d’¼ du cheptel français.
  • La production ovin lait se concentre en Aveyron, dans les Pyrénées-Atlantiques et en Corse, dans les zones d’appellation d’origine contrôlée (Roquefort, Ossau Iraty, Bruccio).
  • Concentré en Poitou-Charentes (1/3 du cheptel français), en Rhône-Alpes et dans le Centre, le lait de chèvre produit essentiellement du fromage.

Les porcs

  • La Bretagne arrive en tête des principales zones d’élevage porcin, avec 55 % du cheptel français, suivi de l’Aquitaine (12 %) (source : Agreste - enquête structure 2007).

Les enjeux et les impacts

  • Le respect de l’environnement, de la qualité de l’eau, le bien-être des animaux, la traçabilité du produit, la sécurité alimentaire, la qualité des produits… autant de paramètres dont les élevages doivent tenir compte aujourd’hui.
  • L’évolution du rapport travail/loisir entraînent le développement d’emplois à temps partagé (groupement d’employeurs, service de remplacement). Ce type d’emploi exige un certain niveau de technicité, d’autonomie, de flexibilité et de polyvalence pour s’adapter à la diversité des productions et à l’organisation du travail spécifique à chaque exploitation.
  • L’accroissement tendanciel de la taille des élevages augmente naturellement le besoin de travail, corrélé à la diminution de la main d’oeuvre familiale. Cette situation amène à un développement quantitatif et qualitatif de l’emploi salarié avec l’augmentation des effectifs.
  • Les élevages se contentent de peu d’unités de travail annuel grâce à la rationalisation des systèmes de production et à la mécanisation. Malgré le développement de l’emploi salarié, les entreprises sont majoritairement de petite taille (inférieure à 5 salariés).

Les principaux métiers

Dans l’élevage bovin

  • Agent d’élevage laitier

Il assure principalement les activités de traite, d’alimentation et de soins aux animaux. Il intervient également dans la reproduction des animaux. Il est en charge, selon l’exploitation, de l’entretien des bâtiments, de la conduite et de l’utilisation du matériel et de la production de fourrages. Il peut travailler sur des systèmes informatisés ou mécanisés.

  • Responsable d’élevage

Il a la responsabilité de la conduite et du suivi du troupeau laitier.

Dans l’élevage caprin, ovin

  • Agent d’élevage caprin et ovin

Il assure principalement les activités d’alimentation, de soins aux animaux et de traite s’il s’agit d’une production laitière. Il intervient également dans la reproduction des animaux. Il peut réaliser certains travaux relatifs à la production de fourrages (épandage d’engrais, coupe des foins...) et à l’entretien des bâtiments.

  • Berger

Le berger est amené à conduire le troupeau en montagne pour la saison estivale (il s’agit de la transhumance). Selon l’organisation et la taille des élevages, il peut rester en montagne pour surveiller les animaux, réaliser la traite et le fromage.

Dans l’élevage porcin

  • Agent d’élevage porcin

Il assure principalement les activités liées à l’alimentation des animaux (réception des céréales, distribution des rations, entretien des animaux et des locaux). Il intervient également sur les activités de reproduction et de naissance. Selon les exploitations, le porcher assure le post-sevrage et l’engraissement qui consistent à alimenter les porcs et à les surveiller pour prévenir des maladies.

  • Responsable d’élevage

Il a la responsabilité de la conduite et du suivi de l’élevage. Il assure la gestion technique des troupeaux de truies, réalise la gestion technico-économique de l’élevage, organise le travail. Il intervient sur les soins spécifiques aux animaux.

Métiers transversaux de l’élevage :

A la périphérie de ces emplois au sein des élevages (vacher, porcher…), il existe des emplois de vétérinaire, inséminateur, technico-commercial (chargé de la vente des aliments du bétail et des produits vétérinaires) ou encore, des emplois spécialisés : contrôleur laitier, conseiller d’élevage.

En savoir plus

Institut de l’élevage
Tél. : 01.40.04.51.50
www.inst-elevage.asso.fr

Institut du porc - IFIP
Tél. : 01.40.04.53.55
www.ifip.asso.fr

Fédération nationale ovine
Tél. : 01 40 04 51 31
www.nosbrebis.fr

Partager sur

Partager par mail

Imprimer