Les chiffres clés

Une place toujours importante au sein de notre société

En France, selon l’INSEE, 2,8 % des personnes ayant un emploi en 2014, travaillent dans l’agriculture.

Sur les exploitations agricole, 854 100 actifs permanents travaillent sur les exploitations, majoritairement exploitants, mais aussi aides familiaux et salariés permanents. La tendance générale, depuis de nombreuses années, est à la diminution des actifs agricoles, en corrélation avec la baisse du nombre des exploitations.

Les exploitations agricoles, bien que chaque année moins nombreuses du fait de départs en retraite, de faillites ou de regroupements, sont plus grandes. Elles sont 451 0002 en France métropolitaine avec une surface moyenne, pour les catégories moyennes et grandes d'entre-elles, de 80 hectares. Pour rester compétitives, elles embauchent toujours plus de salariés pour des postes qualifiés.

Or, malgré un effectif en baisse, la main d’oeuvre familiale recule au profit du salariat. Les salariés agricoles représentent 17 %2 du total des actifs permanents, soit 4 points de plus qu’il y a dix ans, et apportent près de 20 % du volume de travail de l’ensemble de la main-d’oeuvre permanente sur l’exploitation.

Nouveaux modes de vie et organisation du travail

Les nouveaux modes de vie influent directement sur l’organisation du travail. Des structures comme les groupements d’employeurs ou les services de remplacement émergent et génèrent une nouvelle forme de travail : l’emploi partagé, améliorant les conditions de travail. Les exploitants recourent aussi davantage aux entreprises de prestation de service. Depuis 2000, celles-ci ont embauchés 35 %3 de salariés supplémentaires.

Par ailleurs, ne disposant pas, parfois, du matériel ou des compétences indispensables pour la réalisation de certains travaux, les exploitants recourent davantage aux entreprises de prestation de service. Depuis 2000, le nombre de ces entreprises, tout comme leurs effectifs, ont plus que doublés. Une partie du travail sur les exploitations est également externalisé vers les Coopératives d’Utilisation du Matériel Agricole (CUMA) : 14 %4 d’entre-elles sont employeuses de main d’œuvre salariée, essentiellement en CDI.

Aujourd’hui, l’agriculture recrute.

En 2014, 1 165 000 salariés ont été employés sur l’année 2014 en agriculture (exploitations de production agricole, entreprises de prestation de services agricoles et ruraux, entreprises forestières et entreprises du paysage), sans compter les 854 000 contrats saisonniers5 signés.
La tendance est à la hausse du nombre d’heures travaillées (+ 5 %5 depuis 10 ans). Une évolution qui s’accompagne d’un transfert de l’emploi en CDI vers l’emploi en CDD (+ 15 % de CDD en 10 ans).

Néanmoins,  ce sont toujours plus de 50 000 salariés permanents5 qui sont recrutés, chaque année, en agriculture dont  35 000 exclusivement sur les exploitations de production agricole : 10 800 dans les entreprises du paysage et des espaces verts, 11 400 dans les exploitations de grandes-cultures, 6 900 dans les exploitations viticoles.

Les secteurs agricoles qui emploient

Viticulture

 Les viticulteurs peinent à satisfaire leur besoin de main d’œuvre, par manque de candidats qualifiés. Les effectifs, en baisse depuis 10 ans, sont stabilisés à 414 000 salariés5 employés par an, avec une légère hausse du nombre d’heures travaillées.

Il est difficile de pourvoir les postes d’agent viticole polyvalent / tractoriste, même si il y a de plus en plus de candidats, généralement des adultes en reconversion.

Cultures spécialisées (arboriculture, maraîchage, horticulture)

Aujourd’hui, les emplois non pourvus concernent des postes d’agents de cultures légumières ou fruitières qualifiés et de chefs de culture. Des salariés que les chefs d’entreprise ont du mal à trouver dans le vivier des jeunes diplômés pour qui, ces filières sont peu attractives (CAP.A spécialité Production fruitière par exemple).

Paysage, jardins et espaces verts

En 2015, le secteur du paysage, jardins et espaces verts, composante essentielle du monde agricole,  compte 28 600 entreprises de travaux paysagers, un chiffre qui a plus que doublé en 10 ans. Le secteur a connu une forte croissance ces dernières années, nécessitant de recruter des compétences. En 2014, le nombre de salariés s’élève à 65 300 salariés12 (72 % des actifs). Il a augmenté de 28 % en 10 ans mais semble cependant, être arrivé à maturité. Les salariés sont majoritairement embauchés en CDI (81 %).

Grandes-cultures

De nombreuses offres d'emploi de salarié agricole polyvalent et de conduite et d’utilisation des engins agricoles, sont à pourvoir.

Agro-équipement

Le secteur des machines, est un secteur ayant une forte demande de salariés. 5 000 emplois sont à pourvoir, dont 90 % de CDI selon l’APRODEMA.

Elevage

L’équivalent de 450 000 personnes travaille directement dans le secteur de l’élevage (bovin, caprin, ovin, porcin, volailles et lapins), essentiellement dans les régions de l’Ouest, notamment Pays de la Loire et Bretagne. Ce secteur a enregistré une hausse de plus de 50 %6, en 10 ans, du nombre de salariés ainsi qu’une hausse de plus 35 % du nombre d’heures de travail.

Différents facteurs contribuent au développement quantitatif et qualitatif de l’emploi salarié (restructuration, départs en retraite, attractitivé...). Les exploitations embauchent davantage de personnes extérieures aux familles des éleveurs : des personnes  maîtrisant les gestes techniques et les connaissances autour du métier

Les offres à pourvoir sont celles d’agents d’élevage, qu’ils soient dans le secteur bovin ou porcin.

1 INSEE Première - n° 1569 - octobre 2015 - Une photographie du marché du travail en 2014
2 Ministère de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche - Enquête structure, 2015
3 MSA - L’emploi salarié dans les groupements d’employeurs agricoles en 2013
4 MSA -  L’emploi salarié dans les CUMA en 2014
5 MSA 2014
6 GIS Elevage Demain - Les emplois liés à l’élevage français, 2015

Partager sur

Partager par mail

Imprimer