Technicien forestier

Le technicien forestier élabore les plans de gestion et d'aménagement forestier, organise la vente du bois, assure le suivi des exploitations, veille au respect de la réglementation et participe à la mise en oeuvre de la politique forestière. Dans le domaine privé, il peut faire du conseil aux propriétaires.

Autres dénominations : Technicien supérieur forestier (ONF),Technicien des travaux forestiers

Témoignages

Comment êtes-vous devenu technicien forestier ?
J’ai dirigé pendant quelques années une scierie familiale que j’ai revendue, puis j’ai repris une formation de BTS en gestion forestière pour adultes au CFPPA de Chateaufarine. J’ai ensuite été embauché par le centre régional de la propriété forestière (CRPF) de Franche-Comté où j’avais effectué un stage. Le CRPF est un établissement public chargé du développement de la forêt privée.

En quoi consiste votre travail ?
Je suis responsable d’un secteur géographique de 8 cantons. J’aide les propriétaires privés qui veulent acheter ou vendre des parcelles. Je les conseille sur la bonne gestion de leur forêt, j’anime des opérations de regroupement de parcelles ou d’amélioration de la voirie forestière. J’interviens également pour leur formation dans différents domaines (sylviculture, fiscalité, environnement, chasse, paysage, etc.). Enfin, j’ai un rôle d’animation complémentaire avec les structures locales liées à la filière forêt-bois (administrations, Chambres d’agriculture, collectivités territoriales, interprofession, syndicats de propriétaires…).

Qu’appréciez-vous le plus dans ce métier ?
C’est un métier varié qui permet d’être sur le terrain et d’avoir de nombreux contacts avec les proprié- taires forestiers. En tant que responsable de secteur, je bénéficie également d’une grande autonomie.

Quelles sont les qualités indispensables pour exercer ce métier ?
Il faut un bon sens de l’organisation et savoir communiquer car ce métier nécessite de nombreux contacts avec les propriétaires, les élus locaux, l’administration et les organisations professionnelles. Patience, diplomatie et force de persuasion sont également indispensables lors des négociations.

Jean-Yves GABIOT
Technicien forestier dans le Doubs (25)

Activités

Le technicien forestier établit les plans simples de gestion, organise les travaux sylvicoles et veille à l’application de la politique forestière : 

  • Il élabore le plan simple de gestion intégrant l’historique de la forêt, les facteurs écologiques (sol, végétation, climat), les perspectives de coupes et de travaux sylvicoles.
  • Il prévoit et supervise les travaux sylvicoles.
  • Il organise ou participe à des séances de vulgarisation (présentation des changements de réglementation ou de méthodes de travail).
  • S’il est agent public (ONF, Ministère de l’agriculture), il peut être amené à dresser un procès-verbal en cas d’infraction (empiètements fonciers, défrichements sauvages).
  • Il contribue à la mise en oeuvre de la politique forestière, nationale ou internationale, à l’exemple des plans européens de forêt certifiée (PEFC).

Le technicien forestier organise la vente de bois et assure le suivi de l’exploitation :

  • Il conduit ou pratique les martelages (marquages des arbres en vue des coupes).
  • Il rédige et présente lors de la vente aux enchères le « cahier à fiches » contenant le cubage (nombre de pieds, essences, nature, volume des arbres), les conditions et les délais d’exploitation, ainsi qu’une estimation du prix de la parcelle.
  • En forêt privée, il négocie également les lots auprès des acheteurs de bois.
  • Par des visites régulières, il effectue une surveillance (travaux de reboisement, d’entretien, de coupe, vols d’arbres, négligences d’exploitation).
  • Il établit l‘attestation de fin de chantier qui indique la conformité des travaux réalisés.

Conditions d'exercice 

Le technicien forestier peut exercer dans les secteurs public et para-public (ONF, Ministère de l’agriculture, Chambre d’agriculture) ou privé (CRPF, entreprises de travaux forestiers, exploitants forestiers, coopératives...). Le technicien forestier exerce essentiellement à l’extérieur, surtout en hiver lors des marquages (les coupes sont essentiellement réalisées en hiver). Son travail comprend néanmoins une importante partie administrative. Fortement autonome, le technicien agit sous l’autorité d’un ingénieur ou du chef d’entreprise auquel il rend compte de son emploi du temps et du respect de ses objectifs.

Compétences et qualités 

Le technicien forestier possède une excellente connaissance du milieu forestier et des techniques sylvicoles. Il sait utiliser tous les modes de gestion forestière et sélectionner les arbres en vue de la réalisation des coupes. Il est capable de rédiger des rapports et devra utiliser correctement l’informatique afin d’établir des dossiers et des plans précis. Compétent en gestion, il maîtrise les coûts des travaux réalisés et prend en compte les impératifs de rentabilité. Il a également le sens des relations humaines puisque souvent amené à négocier ou à conseiller.

Perspectives d'évolution 

  • A l’ONF, le technicien supérieur peut accéder au grade de Technicien Principal, soit par concours, soit par avancement, puis devenir Chef Technicien et ensuite Cadre Technique.
  • Le Technicien Supérieur peut accéder au corps des Ingénieurs de l’Agriculture et de l’Environnement soit par concours interne, soit par inscription sur liste d’aptitude, soit par examen professionnel. Par la suite, par voie de concours interne, il peut éventuellement intégrer l’ENGREF (Ecole nationale du génie rural des eaux et forêts, école interne de l’AgroParisTech) en vue de devenir ingénieur des ponts, des eaux et forêts (IPEF).
  • Dans le secteur privé, le technicien forestier, après confirmation de son savoir-faire, sera en mesure de s’orienter vers le métier d’ingénieur forestier ou d’expert forestier privé.

Contact

Contacter :

En savoir plus

Partager sur

Partager par mail

Imprimer