Actualité

Emploi
14 Avril 2016

Des élevages plus grands et qui recrutent [Dossier 2/4]

Les exploitations d’élevage sont actuellement en pleine réorganisation sous l’effet combiné de plusieurs facteurs économiques (marché difficile en porc, fin des quotas laitiers depuis mars 2015...) mais aussi structurels.

De nombreux départs en retraite à venir

Presque 40 %2 des chefs d’exploitations agricoles ont plus de 50 ans. Ainsi, en Bretagne, la Chambre régionale d’agriculture évalue le nombre de départs en retraite d’éleveurs laitiers, à presque 6004, entre 2015 et 2020.
Le recensement agricole de 2010 a mis en évidence une baisse du nombre des exploitations agricoles (3 % par an5) et tout particulièrement dans l’élevage.

"grands troupeaux à la française"

En production laitière, les petits élevages ont quasiment disparu, au profit « de grands troupeaux à la française, sur le modèle de ceux du Nord de l’Europe » constate Emmanuel Beguin, Chef de service à l’Institut de l’élevage. « Des élevages de 100 à 300 bêtes pour les élevages bovins » précise-t-il, alors que la moyenne actuelle est de 98 vaches6.

Des opportunités en production ovine

Par ailleurs, en production ovine, les besoins sont estimés à 10 000 actifs7 pour la prochaine décennie, afin d’assurer le renouvellement des générations mais également le maintien de la production. « La filière bénéficie actuellement d’un contexte favorable dû notamment au maintien des prix et à une demande en viande d’agneau supérieure à l’offre » commente Audrey Desormeaux, Chargée de mission à la Fédération nationale ovine.

De nouvelles formes d'emploi

D’autre part, les éleveurs d’aujourd’hui perçoivent différemment la charge de travail et l’astreinte. Le rapport travail / loisir évolue vers plus de temps consacré à des activités sociales ou familiales. Des structures comme les groupements d’employeurs ou les services de remplacement poursuivent leur développement et génèrent une nouvelle forme de travail : l’emploi partagé. En 10 ans, leur nombre a augmenté de presque 20 %8 surtout dans les régions de l’Ouest, régions d’élevage.

Enfin, l’élevage pâtit d’un vrai problème d’attractivité, accentué par le contexte actuel. Ce secteur souffre d’une désaffection des jeunes, mais aussi d’actifs intéressés par une reconversion.

Focus sur la place des salariés dans les élevages, aujourd'hui, avec Emmanuel Beguin, Chef du service « approche sociale et travail en élevage » à l’Institut de l’élevage.

(2) MSA 2014.
(4) Chambre d’agriculture de Bretagne - Le salariat en production laitière en Bretagne, 2014.
(5) Ministère de l’agriculture - Recensement agricole, 2010.
(6) Ministère de l’agriculture - Graph Agri, 2012.
(7) Fédération nationale ovine.
(8) Fédération nationale des groupements d’employeurs agricoles et ruraux, 2014.
 

Partager sur

Partager par mail

Imprimer